Archives de Tag: Islamophobie

« Gaza-strophe » : Paris-strophe…

Si vous n’avez pas entendu parlé de ce film, c’est que vous ne vous intéressez pas assez à la Palestine. Réalisé par Samir Abdallah et Khéridine Mabrouk, « Gaza-strophe » raconte la bande de Gaza après l’opération « Plomb durci » entreprise par Israël dans cette région entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009. J’éviterai les phrases du genre « à voir absolument » ou les envolées lyriques, malvenues et niaises dans le contexte.

Qu’est-ce que « Plomb durci » ? C’est une opération entreprise par Israël à l’encontre du Hamas. Objectif déclaré : arrêter les tirs de roquettes Qassam en direction du territoire israélien ; mettre fin à l’approvisionnement en armes des militants du Hamas. Comment : en bombardant les infrastructures du Hamas, donc la bande de Gaza elle-même, bien sûr. Comme la BBC le rapportait, 3 jours après le début de l’opération, 320 Palestiniens étaient tués, 1400 blessés ; 4 Israéliens ont été tués suite aux tirs de roquettes…

Voici donc qu’au lendemain de la fin de cette guerre de Gaza aux forces totalement disproportionnées, les deux réalisateurs se rendent sur place. La dévastation est reine. Les journalistes n’étaient pas autorisés sur place pendant l’opération, le choc des ruines et de la destruction est encore pire. Si c’était possible que ce soit pire, j’entends. Enfin… Et les gens parlent, racontent l’horreur. Je suis toujours sonnée de voir cet élan de vie chez des gens qui ont tout perdu, qui ont tous enterré qui un enfant, qui un parent, souvent plusieurs membres de la famille.

Et enfin, le film est prêt, il faut le montrer pour montrer cette humanité au monde, à ceux qui assis dans leur fauteuil confortable devant le n-ième show de télé-réalité débilisant ont oublié ou n’ont jamais su ce qu’est la vie. Montrer cette humanité et ce qu’on fait subir aux Palestiniens depuis la création de l’état d’Israël. Alors, on le programme dans différents cinémas.

Bien évidemment, ça s’est passé sans aucun problème… Voici le résumé fait par Samir Abdallah dans un entretien pour Zaman France :

En février de l’année dernière, nous avons sorti une version télévisée que nous avons diffusée sur France Ô, une chaîne du service publique, malgré une tentative de déprogrammation émanant de l’ambassadeur d’Israël à Paris. Ce film est sorti en mars 2011, alors qu’il existe depuis mars 2010. Aucun circuit de distribution n’a osé le prendre en charge. Les grands médias n’en n’ont presque pas parlé. Une salle à Ris Orangis a annulé le débat en ma présence, et à Versailles, le film a été déprogrammé officiellement à cause des événements au Maghreb. Dès qu’Israël est mis en accusation, il y a des blocages, notamment en Europe. Un point réjouissant tout de même : au début, seulement quinze salles avaient accepté de le diffuser dans toute la France, mais au bout d’une semaine, elles étaient quarante à le faire.

Ce n’est pas tout. En mars 2011, le débat devant suivre la projection a été supprimé par l’autorité tutélaire du cinéma d’arts et d’essais d’Evry. En français, par le président de la communauté d’agglomération d’Evry, Manuel Valls, sous prétexte que la ville souhaite éviter la « tension entre les communautés ». En mars aussi, la projection a été supprimée au cinéma « Le Roxane », à Versailles, sans explication.

Voici que les nervis d’extrême-droite commencent leurs pogroms. Le 3 avril 2011 donc, la projection devait avoir lieu à l’Espace Saint-Michel, à Paris, dans le 5e arrondissement. Le récit du directeur du cinéma, M. Claude Gérard, interrogé sur France Culture à propos de l’agression, est très clair :

Une vingtaine d’individus ont tenté de pénétrer dans la salle où était projeté le documentaire afin d’interrompre la séance. Pour y parvenir, ils ont essayé d’enfermer le projectionniste et la caissière derrière la caisse, à l’aide d’un antivol.

Le projectionniste a été blessé dans cette agression. De plus, des tracts traitant les gens venus voir le film d’ « antisémites » ont été laissés sur place par les agresseurs.. Ces tracts ont été clairement signés par la Ligue de Défense Juive. Rebelote le 5 avril : le cinéma la Péniche attaqué par des militants de la même orga, chantant « Israël vivra, ton bateau coulera » et arrachant le drapeau palestinien accroché pour l’évènement. Il y avait quelques voitures de police sur place, mais l’histoire ne dit pas s’il y a eu des interpellations.

Et c’est marrant de voir la LDJ [1] et le BETAR (une autre orga d’extrême-droite sioniste [2]) s’en sortir indemne malgré de nombreuses agressions. Jamais personne n’a été inquiété, comme le détaille cet excellent fil de discussion sur les forums de France 2. Pourtant, la LDJ est même interdite en Israël !

Pour ceux et celles qui n’ont pas vu le film : la version télévisée peut être visionnée ici. Si je ne m’abuse, la totalité du film tel que projeté au cinéma est sur youtube. Et si vous voulez aider à faire cesser ce cauchemar, faites un tour chez les gens de l’AFPS 🙂

 

[1] Voici comment le blog du Monde intitulé « Droites extrêmes » définit la LDJ : « Depuis des années, ce groupe ultra-sioniste aux méthodes violentes prend la défense de tous ceux qui attaquent l’Islam, les musulmans ou plus largement les Arabes. Par ailleurs, une partie de la LDJ s’est rapprochée de Riposte laïque et de sa nébuleuse islamophobe depuis la rentrée. »

[2] Un court entretien avec un ancien du BETAR, sur Altermedia.


A partir de demain, la République ne se voilera plus la face

Demain, le 11 avril 2011, la loi interdisant le port de la burqa dans l’espace public entre en vigueur en France. Après le débat houleux ayant entouré cette loi et la très récente « convention sur la laïcité », que se passera-t-il à partir de demain avec ces quelques centaines de femmes ?

Lire la suite